Tags

, ,

Dans un discours prononcé il y a 40 ans aujourd’hui, le 15 août 1971, le président américain Richard Nixon annonçait que les États-Unis n’échangeraient plus contre de l’or les dollars américains détenus dans les banques centrales étrangères. Il indiqua que cette mesure était nécessaire pour stabiliser le dollar et combattre la spéculation internationale.

En fait, la confiance dans le dollar américain était en baisse depuis de nombreuses années, à cause de la montée de l’inflation et des déficits budgétaires et commerciaux. Et ce sont les banques centrales, et non pas les spéculateurs, qui demandaient à se départir de leurs dollars, en exigeant de l’or en échange.

Évidemment, cette décision de Nixon n’avait pas du tout pour but de stabiliser le dollar, mais au contraire de le dévaluer. Dans son même discours, Nixon annonça aussi l’imposition de tarifs de 10% sur les importations afin de forcer les autres gouvernements à réévaluer leur devise par rapport au dollar américain, ce qui favoriserait les exportations américaines.

Ce fût ainsi la fin abrupte du régime de Bretton Woods qui avait orienté le système financier international depuis la Seconde guerre mondiale. Cependant, ce n’est pas cette décision de Nixon qui a causé la grande inflation des années ’70, mais plutôt la montée des attentes inflationnistes sur plusieurs années qui a affaibli le dollar et enterré Bretton Woods. Ce régime, dont le dollar américain jouait un rôle central, ne pouvait plus survivre sans que les États-Unis soient prêts à soutenir le dollar en haussant les taux d’intérêt.

Or, cela aurait causé une grande récession et Nixon avait exigé du président de la Federal Reserve, Arthur Burns, qu’il ne cause pas de récession avec des taux d’intérêt trop élevés, afin de ne pas nuire à sa réélection. Le souvenir de la Dépression des années 1930 a aussi pu jouer un rôle dans le manque de volonté de la banque centrale américaine d’éradiquer l’inflation.  Quoiqu’il en soit, il faudra attendre la nomination de Paul Volcker à la Fed en 1979 pour que les États-Unis aient la volonté politique nécessaire de casser l’inflation.

De nos jours, des gens comme Ron Paul et le mouvement populiste du Tea Party, aimeraient bien ramener la discipline qu’exerce l’or sur les prix et sur la valeur du dollar. Ils demandent un retour d’une forme d’étalon-or à cause de leurs craintes quant à la monétisation des dettes qui causerait de l’inflation. Les gens du Tea Party ont en effet perdu toute confiance en la Fed en tant que gardien ultime de l’inflation.

Le mouvement du balancier est donc complet : il y a plus de 100 ans, le mouvement populiste de l’époque, incarné par le Parti Populiste, demandait l’abandon du régime d’étalon-or, car il causait, selon lui, la déflation des prix des produits agricoles. Comme quoi, tout régime comporte ses risques et l’on a tendance à idéaliser le régime qu’on n’a pas adopté.

 Au final, ce sont les attentes et les actions quotidiennes des citoyens et des gouvernements qui déterminent le niveau d’inflation dans l’économie, et non seulement le régime monétaire que l’on adopte. Car, après tout, lorsque le régime choisi ne convient plus, on finit par s’en débarrasser, comme l’a fait Nixon il y a 40 ans aujourd’hui.