Tags

,

Le problème de la politique de la Federal Reserve (Fed), telles les mesures annoncées hier d’achats d’obligations à long terme (opération twist), c’est qu’elle ne peut s’attaquer à la source du problème principal de l’économie américaine : la dette des ménages et le prix des maisons.

La Fed tente de baisser les taux d’intérêt avec ses programmes d’achats obligataires, en espérant que le canal de transmission financier fonctionne, et que les valves du crédit s’ouvrent. Malheureusement, dans une “trappe de liquidités”, c’est un peu comme pousser sur une corde.

Comme le montre le graphique ci-dessous, on le sait, les prix des maisons ont fortement baissé aux États-Unis depuis 2008 (bien que la bulle immobilière y a été mois grande qu’en Espagne!)

Tous les graphiques proviennent du World Economic Outlook du F.M.I de septembre 2011.

Cette baisse des prix des maisons a causé une réduction des actifs nets des ménages assez prononcé, comme le montre le graphique suivant :

En effet, les actifs immobiliers des ménages sont passés de 23 trillions de dollars en 2006 à 16 trillions aujourd’hui, une baisse de 7 trillions de dollars (ou 7 mille milliards). Avec le chômage qui a monté, est-il étonnant que la croissance de la consommation, qui représente 70% de l’économie, ait été nulle en termes réels depuis 2008?

En effet, les ménages américains (et anglais!) préfèrent plutôt réduire leur fardeau de la dette :

Si l’on veut aider l’économie américaine à redémarrer, il faut donc s’attaquer au problème du fardeau hypothécaire des ménages et des prix des maisons, qui ne se sont pas encore stabilisés, 4 ans après le début de la crise financière en 2007!

La Fed peut certes aider indirectement à soutenir le prix des actifs, avec sa politique monétaire et ses achats d’obligations. D’ailleurs à ce titre, la nouvelle la plus intéressante provenant de la Fed hier n’est peut-être pas son opération twist (vente d’obligations à court terme pour acheter des obligations à long terme), mais plutôt son annonce de la reprise d’achats de titres hypothécaires, ce qui aidera plus directement les ménages à se refinancer.

Il faut donc que le gouvernement fédéral propose des mesures efficaces d’allègements hypothécaires, qui réduiraient le fardeau de la dette des ménages. Vu l’impasse politique aux États-Unis en ce moment, les chances sont cependant minces de voir ce type de politiques.